Quid du millésime 2021 ?

Une année très humide, un hiver doux suivi d’un printemps et d’un été plutôt frais, un gros épisode de gel en avril et pour couronner le tout, un mildiou très présent et ravageur début juin.

Mais que nous réserve donc ce millésime 2021 ??

08/04/2021 : le gel est là !
Les températures négatives ont commencé vers 22h00 pour atteindre -4°C sur deux nuits consécutives. Les éoliennes n’ont brassé que de l’air froid malheureusement : malgré la mise en place de foyers par notre équipe toute la nuit, les nappes d’air froid sont trop importantes et généralisées.

Toutes nos surfaces sont impactées :

Le plateau pour nos Bordeaux et nos Lussac, qui étaient bien débourrés (bourgeons éclatés dans leur totalité, 2-4 feuilles/pied étalées donc très sensibles au froid). Les contre-bourgeons étaient débourrés également sur un grand nombre de pieds, amenuisant encore nos chances de récupérer des grappes sur ces pieds.
Estimation des pertes : 90 % sinistrés !

Pour les coteaux, demi-coteaux de Lussac et Montagne, même constatation, avec moins de contre bourgeons touchés :
80 % sinistrés minimum tout de même…

Pour le bas de coteaux, où étaient implantées les éoliennes, la végétation était moins en avance, et les contre bourgeons et quelques bourgeons formés sont épargnés :
60-70 % sinistrés.

La végétation devrait redémarrer sur les contre-bourgeons qui donneront plus ou moins des petites grappes : on est parti pour un rendement de 20 % seulement avec les mêmes contraintes techniques. Cela ressemble beaucoup à 2017…

Nous serons fixés début mai, en attendant, il faut y croire…

Feux de paille

Effet du gel sur nos vignes

14/04/2021 : l’heure du bilan
La vigne n’a pas pu résister… le premier décompte du gel de printemps nous donne 90 % de pertes sur 40 ha et 60 % sur les 2 ha restants. Il faut attendre 15 jours pour voir le débourrement des bourgeons secondaires. On refera les comptes, mais c’est de l’ordre de 2017, la production atteindra au maximum 300 hl au lieu de 2000 !
Le feu, les éoliennes, n’auront pas pu lutter contre le vent glacial des dernières nuits.

22/07/2021 : tiens, voilà l’mildiou !
Enormément de pluie d’avril à juillet, décidément la météo ne nous épargne pas cette année, et la protection phytosanitaire devient difficile. Le mildiou fait son apparition, laissant s’envoler l’espoir d’un possible rattrapage. Les vendanges s’annoncent difficiles et compliquées.

30/09/2021 : le premier jour des vendanges à Lussac
Il a fallu attendre que les premières baies arrivent à maturité quasi-extrême avant de lancer le top départ des vendanges. Il nous faut travailler plus que jamais sur la qualité de ce millésime particulièrement difficile. Privilégier la récolte manuelle pour les baies les plus délicates et assurer un tri très rigoureux à l’encuvage. La maturité est hétérogène sur l’ensemble du vignoble, plus que jamais nous devons nous adapter à son évolution.

Premières bennes au petit matin

Egrappoir et tri de la vendange manuelle

Menu